top of page
2_Chiharu_Shiota_2014_19©Chiharu_Shiota_Adagp_Paris_2019©Galerie_Templon_Paris_Bruxelles_B
Urbi-Orbi, Biennale de la photographie et de la ville
Urbi-Orbi, Biennale de la photographie et de la ville
Traversée au coeur de l’histoire et des traumatismes engendrés qui composent la morphologie de nos villes.
Urbi-Orbi, Biennale de la photographie et de la ville

Tous les deux ans, la Biennale de la photographie et de la ville "Urbi&Orbi" invite photographes et vidéastes du monde entier à confronter leurs visions de la ville et à livrer leurs travaux à Sedan, dans les Ardennes. Depuis sa création en 2001, elle a accueilli les travaux de photographes comme Pentti Sammallahti, Stéphane Couturier, Thibaud Cuisset, Bernard Plossu, Valérie Jouve…



« Villes habitées »

L’exposition principale de cette nouvelle édition, présentée à la Halle Chanzy, questionne à travers les écritures singulières de huit photographes contemporains ce que veut dire « habiter une ville ».


Une ville habitée dégage des émotions spécifiques, la lumière, la couleur de ses pierres, la douceur du fleuve qui la traverse, la diversité de sa population... Habiter une ville, c’est d’une certaine façon faire partie de ses rues, de ses associations, de ses écoles, de ses énergies créatrices. C’est aussi faire partie de son histoire, composer avec les traces qu’elle a laissées, les adapter à notre temps ou tout simplement les effacer pour imaginer autre chose. Habiter une ville, c’est pouvoir en partir. C’est aussi pouvoir y rester, y construire son avenir, ses projets. C’est également bâtir en commun, consolider, s’entraider.



L’Ukrainienne Sasha Anisimova et le couple d’artistes syrien Bissane Al Charif et Mohamad Omran se sont retrouvés dans l’horreur des conflits dévastateurs de leur pays.


Mes dessins traitent de la vie que nous avons perdue. J’ai utilisé des photographies de Kharkiv en ruine comme arrière-plan à mes illustrations ; elles dé - peignent des activités banales de la vie quotidienne. Ce ne sont pas des fantômes, mes dessins ne représentent pas des morts, mais comme un rêve de normalité. Sasha Aniasimova

Mathieu Pernot nous présente une barre d’immeuble en démolition. Camille Gharbi nous questionne sur le problème du relogement. Comment quitter un lieu où l’on a vécu, aimé, pleuré…, comment envisager l’avenir ? Et parce qu’une ville est avant tout habitée, Vincent Gouriou va à la rencontre des jeunes habitants de Sedan. Comment ceux-ci envisagent-ils leur ave - nir ? Benoît Pelletier donne à voir à travers son regard singulier des images oubliées de la ville. L’artiste Smith propose une balade parisienne avec une caméra thermique. Ainsi il met en évidence les différentes zones de chaleur émises par le vivant en couleurs chaudes et le minéral en couleurs froides. Simon Boudvin a effectué en banlieue parisienne un relevé topographique et photographique de l’ailante, plante que certains disent «invasive».

  • D'autres événements sur le thème : 

bottom of page