Josep Bartolí, Les Couleurs de l'exil

Immersion fascinante dans un univers engagé, qui a fait naître un genre tout à fait nouveau : le reportage graphique.

À travers une sélection de plus de 150 œuvres, l’exposition "Josep Bartolí. Les Couleurs de l’exil" met en perspective des réalisations majeures de l’artiste, toujours inspirées par l’exil, son engagement et ses combats.




Dans une première partie, sont présentés les dessins la guerre et les camps, réalisés au crayon, sans une once de couleur. Ces croquis sont d’une puissance singulière : illustrations politiques riches de détails et de sens, critique du pouvoir, de l’État, de la religion… Pour Bartolí, dessiner est une nécessité, c’est son "œuvre de résistance". Ces dessins sont également l’apparition d’un genre tout à fait nouveau : le reportage graphique.




La seconde partie de l'exposition fait dialoguer dessin et peinture, qui fait son apparition dans l’œuvre de Bartolí à partir de 1952. Traitant divers thèmes (la culture de masses, les violences sociales et raciales...) il exploitera tout au long de son parcours les ressources de la couleur, qui prendra parfois totalement le pas sur le trait. Toutefois, chacune de ses œuvres témoigne du dialogue constant que Bartolí entretient volontairement entre abstraction et figuration.




De Barcelone à New York

Né à Barcelone, Josep Bartolí est dessinateur et caricaturiste. Il est un partisan convaincu de la République, qu’il défendra armes et crayons à la main. En 1936, il fonde le syndicat des dessinateurs de presse de Catalogne et devient, pendant la guerre d’Espagne, commissaire politique. Après la chute de Barcelone, Bartolí s’exile en France le 14 février 1939, lors de la Retirada. Il est interné dans plusieurs camps différents, dont Saint-Cyprien et Agde.


Après un long périple et l’évasion d’un train qui le conduisait au camp de Dachau, il parvient en 1943 au Mexique, qui offre l’asile à de nombreux réfugiés espagnols. En 1944, avec l’aide de Narcís Molins i Fàbregas, paraît son ouvrage Campos de concentración 1939-194…, témoignage iconographique sans précédent. Participant également à l’ébullition de la révolution mexicaine, Bartolí côtoie Diego Rivera et Frida Kahlo, qui le révèle à la couleur.

TYPES DE PROGRAMMATION ASSOCIÉS :

1/0

THÉMATIQUES ASSOCIÉES :

1/0
1/0

PLUS D'ÉVÉNEMENTS À L'AFFICHE DANS CETTE RÉGION :

Rencontres du cinéma  italien de Toulouse
Rencontres du cinéma italien de Toulouse

Créée en 2005, l’association Cinéma Paradiso organise chaque année en décembre « Les rencontres du cinéma italien à Toulouse » qui ont pour objectif de faire découvrir à Toulouse et en Région le meilleur du cinéma italien contemporain.

Collioure Babel des arts
Collioure Babel des arts

Des premières années du XXème siècle à l’après-guerre, Collioure ne cesse d’aimanter les artistes venus de toute l’Europe. Du havre de paix au refuge face à la guerre, Collioure devient le décor de parcours d’hommes et de femmes venus peindre la lumière dans une Europe dont le ciel s’obscurcit.

Expo d'Oc
Expo d'Oc

Portée par Images Singulières, cette commande de deux années sur le territoire de l’Occitanie a été passée à six jeunes photographes (trois femmes et trois hommes), travaillant dans le style du documentaire de création.

Regards sur le Canal du Midi de Jean Dieuzade
Regards sur le Canal du Midi de Jean Dieuzade

Il est des artistes qui échappent à la classification rassurante pour l’esprit. Jean Dieuzaide (1921-2003) est de ceux-là. Il fut de son temps et le marqua, même si son attachement à sa terre toulousaine eut une incidence sur la notoriété de son travail en France et à l’étranger.

Dans les saveurs du patrimoine : Le Cassoulet
Dans les saveurs du patrimoine : Le Cassoulet

Le musée du Présidial accueille cette année encore une grande exposition autour du plat emblématique : "Dans les saveurs du patrimoine, le cassoulet de Castelnaudary". Le divin plat faisant rayonner le nom de la ville bien au-delà des frontières de l’Hexagone, il est juste qu’on lui rende hommage de la meilleure façon.

Jacques Henri Lartigue, Le Journal d'un siècle
Jacques Henri Lartigue, Le Journal d'un siècle

Les Essarts de Bram ouvrent une nouvelle fois leurs portes à un artiste iconique, tour à tour qualifié de photographe primitif, photographe de la Belle Époque ou encore photographe du bonheur : Jacques Henri Lartigue !

PLUS DE CONTENUS SUR LA RÉGION :