Gilles Caron, Irlande du nord : 1969
Gilles Caron, Irlande du nord : 1969

Les prémisses d'un conflit fratricide capturés par un reporter de guerre aguerri, dont chaque photographie recèle un sens inné du cadrage, de la dramaturgie et du tempo.

Le 12 août 1969, les Apprentices Boys de Derry, protestants unionistes de l’ordre d’Orange, défilent près du quartier ouvrier et catholique, défiant la population. La bataille du Bogside éclate, c’est le début des « Troubles » en Irlande du Nord. Les nationalistes ripostent par des jets de pierres et des cocktails Molotov aux gaz lacrymogènes et véhicules blindés des forces de l’ordre britanniques.



Deux jours plus tard, tandis que d’autres émeutes éclatent dans le pays, l’armée britannique tente de s’interposer. Ces événements marquent le début d’une guerre civile qui durera près de trente ans. Gilles Caron [1939-1970] est à Londonderry le 12 août, il couvre le défilé orangiste pour le compte de l’agence Gamma. Il pressent la montée de violence et une fois sur place, en comprend très rapidement les enjeux.

"Tout était calme et même pittoresque. Les manifestants défilaient tranquillement en chapeaux mous et fleur à la boutonnière. À quatre heures de l’après-midi, ça a commencé à se bagarrer. Ça a commencé doucement, trois, quatre, cinq cailloux et subitement c’est devenu important, ils ont mis le feu à des quartiers entiers, et ça a duré comme ça pendant trois jours."


Des premières prises de vues du cortège défilant en musique, aux premiers jets de pierres, Gilles Caron enregistre la tension monter. Très vite, les forces de l’ordre qui font face aux civils semblent dépassées et la ville se transforme en champ de bataille. Gilles Caron qui connait les conflits armés - il a couvert la guerre des Six jours, le Vietnam, le Biafra - témoigne de ce basculement. Sous son objectif, on découvre un pays en guerre.



En quatre jours, soixante-deux films noir et blanc et près de trois cents vues couleurs, Gilles Caron réalise l’un de ses plus grands reportages; un témoignage unique et important de ce tournant de l’Histoire.



L’exposition propose aux visiteurs de découvrir ce travail, au-delà des images iconiques publiées à l’époque dans la presse. Elle présentera un ensemble de soixante-dix photographies, tirages vintages et modernes, ainsi que des reproductions agrandies de planche-contacts éclairant le travail du photographe.

1/0

ÉVÉNEMENT À VOIR ACTUELLEMENT SUR LE MÊME THÈME :

Rencontres photographiques du Trièves
Previous
Rencontres photographiques du Trièves

Après Hans Silvester, le nouvel invité d'honneur des Rencontres du Trièves est Marc Dozier. Le point commun entre ces deux photographes reconnus est de nous faire découvrir des peuplades dont le mode de vie et l'environnement diffèrent complètement des nôtres. Avec Marc Dozier, cap sur la Papouasie-Nouvelle-Guinée, à la rencontre des papous.

Jacques Henri Lartigue, Le Journal d'un siècle
Previous
Jacques Henri Lartigue, Le Journal d'un siècle

Les Essarts de Bram ouvrent une nouvelle fois leurs portes à un artiste iconique, tour à tour qualifié de photographe primitif, photographe de la Belle Époque ou encore photographe du bonheur : Jacques Henri Lartigue !

Chemins de photos, Scènes de vies
Previous
Chemins de photos, Scènes de vies

C'est la 9ème édition de "Chemins de photos" dans l’Aude. Un festival photo en plein air sur la route de vos vacances à l’air libre et sans restrictions. Se dressent chaque année dans les collines du Lauragais plus de 100 expositions photographiques. Des images locales ou venues d’ailleurs dans 20 villages audois. 80 photographes proposent leurs regards sur les scènes de la vie.