top of page
jean-luc-benazet-dLpP34ADQPI-unsplash (3)_edited_edited.jpg
  • Marie Soizik Guy

De la côte du Midi à la côte vermeille en train

Cette ligne à double voie d'une longueur de cent kilomètres relie Narbonne dans l'Aude à Cerbère et Port Bou deux gares internationales situées de part et d'autre de la frontière franco espagnole, après avoir traversé la partie sud du département des Pyrénées Orientales d’est en ouest.


Avant la création de la SNCF (la Société des Chemins de Fer Français) résultat de la nationalisation, les noms des compagnies privées portaient déjà dans leurs appellations des promesses de voyages. Il en est ainsi de la compagnie des chemins de fer du Midi et du canal latéral à la Garonne, qui lança la ligne en 1878.



Du littoral audois...

La gare de Narbonne tout juste quittée, le train franchit le canal de La Robine qui serpente à travers la ville et unit Port la Nouvelle sur la côte méditerranéenne au Canal du Midi via le Canal de Jonction. Il poursuit son périple plein sud, direction la mer, qu'il atteindra très vite à Port la Nouvelle. Il pénètre alors dans des zones basses et marécageuses, en contournant par l'est l'étang de Bages-Sigean, puis en passant sur des bandes de terre entre les étangs, de la Sèche et de l'Ayrolle, si étroites que cela donne l'impression de rouler sur l'eau.




... au Roussillon

Après avoir dépassé Salses et sa magnifique forteresse, construite à la fin du XVe siècle, le parcours est jalonné de localités ayant toutes à des degrés divers un rapport avec l'exil des Républicains espagnols (la tristement célèbre Retirada) ainsi, on trouve les camps de réfugiés de sinistre mémoire de Rivesaltes et Argeles sur Mer ou la plus réjouissante maternité suisse de Elne qui accueillit de nombreuses futures mamans. Citons encore parmi d'autres lieux remarquables le cimetière de Collioure, où repose le célèbre écrivain et poète Antonio Machado.


Pour l'heure, bien vite, nous arrivons ni plus ni moins au centre du monde en tout cas d'après le très fantasque peintre espagnol Salvador Dali... à savoir la gare de Perpignan. Dans les années cinquante, Salvador Dali utilisait cette gare comme lieu d’expédition privilégié de ses coûteuses toiles vers sa clientèle américaine. En 1963, la station ferroviaire est devenue le « centre du monde » de la cosmogonie dalinienne !


La dite gare qui permet, via une correspondance à Villefranche de Conflent, de monter dans le fameux train jaune, fierté à juste titre des Catalans du Nord. Il conduit les voyageurs, via des paysages à couper le souffle, à la Tour De Carol la gare la plus haute du réseau ferré hexagonal avec ses 1200 mètres .




À Argelès, le train retrouve le littoral qu'il avait brièvement quitté et qui l'accompagnera jusqu’au terme du voyage. À partir de là, le tracé serpente le long de la magnifique Côte Vermeille au pied du massif des Albères, premiers contreforts de la chaîne des Pyrénées et dessert Collioure Port Vendres et Banyuls sur mer. Peu après, il arrive à la gare internationale de Cerbère.


Il passe sous la montagne et débouche dans l’immense gare frontalière de Port Bou en Espagne, où les trains catalans (Rodalies de Catalunya) filent sur Barcelonne.


 

SUGGESTIONS BALADES ET RANDONNÉES


Dans l'Aude :


Dans les Pyrénées Orientales :

留言


bottom of page