top of page
jean-luc-benazet-dLpP34ADQPI-unsplash (3)_edited_edited.jpg
  • Jean Gabach

De Toulouse à la Tour de Carol par la vallée de l'Ariège

La Catalogne en train 4/7


S’il existe plusieurs lignes de trains qui frôlent les Pyrénées, par les littoraux atlantique ou méditerranéen la ligne de Toulouse à La Tour de Carol est résolument la plus audacieuse. D’une distance de 155 kilomètres, forte de ses deux tunnels de grande longueur dont celui de Saillens de forme hélicoïdale, et du Puymorens où se situe le point culminant du réseau ferroviaire français à très exactement 1567mètres.

Peu après avoir quitté Toulouse, le train franchit la Garonne à Portêt, (où commence la voie unique) l’on rencontre la 1ère curiosité de la ligne avec sur la gauche son pont moitié en fer moitié en brique qui la relie à Pinsaguel la commune voisine.

Dès lors, le train se dirige résolument vers le sud, avec en toile de fond le massif pyrénéen et ses cimes enneigées se faufilant le long de la vallée de l’Ariège avec l’Espagne comme but ultime.




En remontant la vallée de l’Ariège


Passé la gare de Foix, avec sa magnifique verrière rouge, on aperçoit furtivement le château de Gaston III Phébus, et c’est un autre voyage qui commence.Les wagons semblent plus clairsemés, les pendulaires ayant laissé la place aux sportifs de tous poils, randonneurs, vététistes et même skieurs en période hivernale.L’allure faiblit, le décor devient résolument montagnard, le tracé prend de la hauteur et le train franchit bon nombre de de ponts et de passerelles témoins de la complexité de la ligne.

Le train marque l’arrêt entre -autres à :Tarascon sur Ariège,



L’Hopitalet près l’Andorre et Ax les Thermes autant de raisons de faire des haltes et de reprendre le train suivant….Les derniers kilomètres s’effectuent au ralenti, tant la déclivité est importante, ce qui permet d’admirer les magnifiques murets de pierres. Le train s’arrête même parfois totalement, le temps que les chevaux vivant en liberté veuillent bien libérer la voie. Le calme régnant à l’arrivée en gare de la Tour de Carol, offre un contraste saisissant avec l’effervescence de Toulouse la gare de départ du voyage.



En gare de La tour de Carol ce sont d’autres aventures qui s’offrent à l’amateur de voyages en train :

Pour Villefranche de Conflans tout d’abord avec le mythique train jaune. Pour Barcelone ensuite avec les Rodalies de Catalunya les chemins de fers catalans à bord de « El Transpirinenc » le prolongement naturel de notre transpyrénéen oriental.

Cette ligne de chemin de fer ne figure pas, à tort, parmi les plus renommées de la galaxie ferroviaire hexagonale. Son nom circule sous le manteau comme un secret bien gardé, et pourtant le spectacle est au rendez-vous.



Quelques suggestions d’arrêts sur le parcours :

La cité comtale de Foix et son château

Tarascon sur Ariège, porte de la haute vallée et son musée du modélisme ferroviaire

L’hospitalet près l’Andorre qui comme son nom l’indique se trouve proche de la principauté éponyme (accessible par autocar)

Ax les thermes et sa station thermale


Crédits photographiques :

Ariège Pyrénées tourisme Stéphane Meurisse, Ivan Olivier, Wikipédia, Didier Vors


La Catalogne en train Articles déjà publiés  :



Le coin du ferrovipathe


Voyage en train T.E. R Occitanie durée du voyage 3 heures dans sa totalité

De 5 à 6 allers retours par jour depuis Toulouse Matabiau et la Tour de Carol selon le sens



Comments


bottom of page