Sur titre
"Débordements". L'art contemporain au Château de Chambord

Débordements. Une remarquable exposition signée de l’artiste Pablo Reinoso, s’installe jusqu’au 4 septembre 2022 au Domaine national de Chambord. La possibilité qu’offre Chambord à un artiste contemporain d’exposer ses œuvres, est une forme de démocratisation culturelle. C’est un véritable « Chambordement ».

Débordements. Une remarquable exposition signée de l’artiste Pablo Reinoso, s’installe jusqu’au 4 septembre 2022 au Domaine national de Chambord. La possibilité qu’offre Chambord à un artiste contemporain d’exposer ses œuvres, est une forme de démocratisation culturelle. C’est un véritable « Chambordement ».


Still Tree, 2019 © Rodrigo Reinoso
Still Tree, 2019 © Rodrigo Reinoso

Le Monument national « déborde », sort de ses rituels, sans que cela soit déroutant. Pourtant, depuis 10 ans, l’art contemporain est entré au Domaine avec des expositions de qualité, en accès libre. Chambord s’est ouvert à l’art contemporain et cela lui va comme un gant. Visible par tous, sans formation préalable, sans avoir un œil aguerri à cet art, même les enfants peuvent y goûter... sans être devenu pour autant un Centre d’art contemporain, comme l’explique Jean d’Haussonville, l’actuel directeur du Domaine.


C’est la magie de Chambord, lieu polysémique, lieu symbolique de l’éternité, d’être un lieu vivant et fragile sans cesse en renouvellement. 500 ans depuis le début de sa construction, ce Château de chasse voulu par le roi François 1e – qui n’y demeura que 90 jours – laisse place à un artiste de renom : Pablo Reinoso.


Pablo Reinoso, artiste franco-argentin invité

Il a commencé à sculpter le bois dans l’atelier de son père en Argentine, dès l’age de 13 ans. Pablo est toujours impressionné par le travail de la main de l’homme et son rapport dévoué au matériau.


Promenade Chambord droite, 2022 © Rodrigo Reinoso
Promenade Chambord droite, 2022 © Rodrigo Reinoso

Pour la réalisation de ses créations, Pablo Reinoso ne coupe jamais d’arbres. Il utilise le bois des arbres tombés lors de tempêtes. Il aime aussi travailler d’autres matières comme le marbre d’Espagne, le métal, la pierre. 40 de ses œuvres sont exposées dans le Château et 13 autres œuvres dans le Parc. Petit tour d’horizon.


L'intérieur du château

L’escalier emblématique à double révolution, dont le modèle aurait été dessiné par Léonard de Vinci, Pablo Reinoso en fait la respiration principale du monument par une première œuvre « respirante » installée dans le noyau central de l’escalier. Elle accueille le visiteur.


A l’étage, les bancs en bois débordent de sculptures Spaghettis : la marque de fabrique de l’artiste. Avec ironie, l’artiste les déconstruit, les défait de leur fonction à laquelle, nous les humains, nous voulons les contraindre.


« Respirante & Paysage d’Eau », une œuvre spectaculaire. Faire de l’eau à partir de la pierre de marbre entourée de brisures de charbon dont il s’approvisionne en Allemagne et Belgique, est une œuvre appelle à une méditation apaisée. Les coussins respirants, au mur, sont conçus à partir de petits ventilateurs d’ordinateurs. Il fallait y penser.


A double souffle, 2022 © Rodrigo Reinoso
A double souffle, 2022 © Rodrigo Reinoso


L'extérieur, parc et jardin

Le Jardin à la Française accueille 13 sculptures en accès libre. Saisir la fragilité du vivant est le thème fort de l’artiste et les œuvres appellent, là encore, à une méditation apaisée. On retrouve les Bancs Spaghettis en bois tortillés, ses « talking benches », marque de fabrique de Pablo Reinoso. Des chaises accueillantes offrent un immense appui dont le dossier rappelle les bois de cervidés du Domaine forestier. On peut s’y reposer et mirer l’architecture d’une façade du Château. Coup de cœur pour « Révolution végétale » d’après Léonard. Une œuvre monumentale.


La grande parole, 2022 © Rodrigo Reinoso
La grande parole, 2022 © Rodrigo Reinoso
 

Pour aller plus loin :

"Débordements. Pablo Reinoso" – du 1er mai au 4 septembre 2022 | Château de Chambord