Sur titre
À la découverte de la Moravie du sud

De la République tchèque, on connait essentiellement Prague, la ville aux cents clochers et ses alentours. Mais loin se limiter à sa seule capitale, ce petit pays d' Europe centrale a bien d'autres attraits. Partons à la découverte de la Moravie du sud, une région encore trop injustement méconnue.

(Dossier spécial La Moravie : lautre facette de la république tchèque #1/3 )


De la République tchèque, on connait essentiellement Prague, la ville aux cents clochers et ses alentours. Mais loin se limiter à sa seule capitale, ce petit pays d' Europe centrale a bien d'autres attraits. Partons à la découverte de la Moravie du sud, une région encore trop injustement méconnue.



Quelques repères historiques et géographiques

La Moravie (Morava en tchèque) constitue l'essentiel de la partie orientale de la République tchèque (on préfèrera ce terme à celui de Čecky – Tchéquie, en français – qui désignent la seule Bohême. Elle tient son nom de la rivière Morava, un affluent de la rive gauche du Danube arrosant la République tchèque, la Slovaquie et l’Autriche.


Riche d'un folklore d'une grande variété, la Moravie possède une identité propre forgée au cours des siècles. Elle est bordée au nord par la Pologne, à l'est par la Slovaquie, et au sud par l'Autriche, comme pour nous rappeler que nous sommes bien en Europe centrale.


Administrativement la Moravie est composée de deux entités : la Moravie du Nord avec l'ancienne ville industrielle d'Ostrava comme capitale, et la Moravie du Sud avec Brno comme ville principale.



Une Moravie multiple

Moravie des villes ou Moravie des champs... il y en a à peu près pour tous les goûts. A commencer par Brno, ville étudiante, bouillonnante et bourdonnante, sa capitale aux multiples facettes. Ou encore la petite ville d'Olomouc avec sa colonne de la Sainte Trinité, quintessence de l'art baroque en Europe centrale.



On peut randonner dans les Bílé Karpaty, les joliment nommées Carpates Blanches, réputées pour leur flore sauvage où l'on peut découvrir tant de lieux qui ont inspiré le folklore morave.



On peut aussi s'enivrer de plaisir sur la route de vins moraves dans le charmant village de Mikulov au cœur de la réserve naturelle de Palava ou se ressourcer en Morava inférieure, le dernier né des Géo Parks mondiaux de l'UNESCO.



A deux pas se trouve Lednic, ensemble de style néogothique anglais, vous êtes tenté par la vie de château.


La Moravie, terre d'histoire

Elle fut le cadre, au cours de l'hiver 1805, d'une des plus fameuses batailles du 19ème siècle. Plus connue sous le nom de bataille d'Austerlitz, on la surnomme aussi la "Bataille des 3 empereurs" puisqu'elle mit aux prises l'armée Napoléonienne à celles de François 1er d'Autriche et Alexandre 1er de Russie.


Ces derniers, unis au sein de la 3ème coalition à laquelle appartenait les Anglais, qui ne prirent pas part au combat. Les historiens et les stratèges la considère comme le chef d'œuvre tactique absolu de Napoléon. La victoire se traduira par le Traité de paix de Presbourg (aujourd'hui Bratislava en Slovaquie), avec pour effet la sortie de l'Autriche de la 3ème coalition des gains de territoires pour Napoléon.


Plus de 200 ans après, le souvenir de ces glorieux faits d'armes reste extrêmement vivace. Pour preuve : chaque année en novembre et décembre la présence de milliers de "reconstituteurs" en costumes d'époque qui envahissent pacifiquement Slavkov u Brna pour revivre cette épopée historique.



Chose encore assez rare et qui mérite d'être soulignée : l'existence d'un Mémorial de la paix sur la colline de Prace qui rend hommage depuis 1912 à tous les soldats morts au champ de bataille indistinctement de l'armée à laquelle ils appartenaient. Il est considéré comme le premier à célébrer la paix en Europe.



Ces autres personnages que l'on célèbre

La Moravie a donné naissance à de nombreuses personnalités de renom dans des domaines aussi divers que la médecine, la musique, la génétique, la pédagogie ou encore la littérature. Citons parmi ceux là : Sigmud Freud, le père de la psychanalyse, né en 1956 à Freiberg (son nom à l'époque de l'empire d'Autriche, aujourd'hui Příbor). Le fameux peintre et affichiste Alfons Mucha, né en 1860 à Ivanice chantre de la slavité avec son œuvre monumentale “L'Épopée slave”. Le musicien et compositeur Leoš Janáček, né à Hukvaldy en 1854 et dont les œuvres d'opéra sont parmi les plus jouées au monde. L'écrivain et dramaturge Milan Kundera, né à Brno en 1929, auteur entre autres de "L'insoutenable légèreté de l'être" et de "La Plaisanterie" avec pour toile de fond la "Chevauchée des Rois", une fête traditionnelle morave.



Un folklore bien vivant

Peut être plus qu'ailleurs, en République tchèque, le folklore et les traditions restent d'une grande vivacité. C'est à Strážnice que se tient le plus important festival de chansons et de danses du pays. Avec 65 éditions au compteur, il est aussi le plus ancien. Le point d'orgue de l'événement est le concours de Verbuňk. Danse masculine aux nombreuses déclinaisons locales, appelée aussi "danse des conscrits", elle marquait le départ des jeunes gens pour l'armée.



L'aura de la musique traditionnelle morave est telle qu'elle a directement influencé des compositeurs de musique classique tels que Leoš Janáček déjà mentionné ou encore Antonin Dvořák (la symphonie du nouveau monde) ou Bedřich Smetana (la Moldau). Loin d'être figée, elle a étendu son influence sur le jazz tchèque et des groupes de la scène rock ont même adapté certaines chansons traditionnelles comme une passerelle ouverte entre tradition et modernité.


Si historiquement la "Grande Moravie" n'est plus qu'un très lointain souvenir datant du haut Moyen Âge, sur les plans de l'art de vivre, du tourisme et de la culture, cette petite région a tout gardé d'une grande !


 

Pour aller plus loin:

http://www.moraviatourism.cz

https://www.visitczechrepublic.com/fr-FR

https://festivalstraznice.cz/?lang=enhttps://www.youtube.com/watch?v=Tz6_FnkTIXs

https://www.youtube.com/watch?v=Tz6_FnkTIXs

https://francais.radio.cz/ (un excellent site d'informations généralistes sur la république tchèque)