Sur titre
Instantanés réunionnais

Art de vivre à la réunionnaise, « vivre ensemble à la Réunion », promotion de la langue créole, Babel Balades a voulu en savoir plus en interrogeant les habitants, avec la complicité de Martine Jaulin (résidente de longue date sur l’île), qu’elle en soit chaleureusement remerciée.

Article publié avec l'aimable autorisation de Babel Balades.

Art de vivre à la réunionnaise, « vivre ensemble à la Réunion », promotion de la langue créole, Babel Balades a voulu en savoir plus en interrogeant les habitants, avec la complicité de Martine Jaulin (résidente de longue date sur l’île), qu’elle en soit chaleureusement remerciée.



Existe-il un art de vivre spécifique à la Réunion ?

Le consensus est assez large sur cette première question avec le traditionnel pique-nique sur la plage. Un moment de convivialité, de partage inter générationnel et de fête favorisé par le doux climat. Cette tradition bien enracinée, a été prise en compte par les autorités qui ont l’aménagé des aires de pique-nique en dur. Ce qui permet  de conserver cette pratique populaire et de l’ancrer durablement  dans la culture réunionnaise, et de donner l’occasion de déguster les nombreux curry et autres plats familiaux.

Qui ne se ressemble pas s’assemble ou le vivre ensemble à la Réunion

Globalement, c’est une vraie réalité sur l’île. Pas de racisme, ni d’animosité et beaucoup de respect entre les différentes communautés, qui peuvent se rencontrer par le biais des manifestations musicales. L’acte de mariage semble toutefois partiellement reproduire le schéma communautaire. Pour certains, le brassage interculturel serait plutôt le fait des milieux aisés, plus enclins à se mélanger. Le seul bémol concerne les comoriens, récemment arrivés à la Réunion qui sont mal intégrés et rejetés par une partie de la population.

Promotion de la langue créole

Il s’agit d’un sujet sensible et clivant. A une exception près, la promotion de la langue créole est vécue et dénoncée comme un phénomène favorisant l’exclusion d’une partie de la population, souvent la plus défavorisée. Les défenseurs et autres promoteurs de la langue créole se  recrutent plutôt dans l’élite, ils maîtrisent bien le français et sont capables de passer facilement d’une langue à l’autre. Élément constitutif de l’identité réunionnaise, le créole c’est avant tout la langue maternelle mais son usage doit rester dans la sphère privée selon la majorité des personnes interrogées.