top of page
selection-livres-tourisme
Je marche , donc je pense
La marche favorise-t-elle la pensée ?
Je marche , donc je pense

Deux amis se promènent. L’un est philosophe, l’autre neurologue. Ils conversent pour le plaisir, en marchant, durant quatre saisons, dans les champs et les bois. Ils dialoguent librement, sans façons, en cherchant à comprendre ce qui se passe en nous pendant que nous marchons.

La marche favorise-t-elle la pensée ? Si oui, pourquoi ? La pensée est-elle comparable à une marche ? Comment le cerveau contrôle-t-il à la fois les mouvements des jambes, l’équilibre et la posture du corps ? Quels rapports entre ces trois caractéristiques de l’espèce humaine : penser, parler, marcher debout ?

Chemin faisant, dans des termes simples et précis, ils évoquent enfin les relations entre sciences et philosophie, leur fâcheux divorce, leurs retrouvailles souhaitables.

Entre divergences et convergences, leur commune volonté d’y voir clair est communicative. Et leur allégresse vite partagée. Pas à pas.

bottom of page