top of page
jean-luc-benazet-dLpP34ADQPI-unsplash (3)_edited_edited.jpg
  • Didier Vors

Narbonne "mon amie" !

« Narbonne, mon amie », c’est en ces termes que le plus célèbre enfant du pays chantait sa ville natale. L’aimait-il plutôt romaine ou plutôt médiévale ? En rouge couleur de la colère des vignerons du Midi ou teintée d’occitan ? Laissons nous « enTrenet » !


Au commencement était Narbo Martius

De "narbo" (le fleuve) et "martius" (référence au dieu Mars à laquelle la colonie était attachée), on dit d’elle que c’est la « première Fille de Rome » hors l’Italie, fondée par les Romains au carrefour de la Via Domitia et des voies maritimes. Elle devient capitale, dès l’Antiquité, de la province narbonnaise qui s’étendait des Pyrénées aux Alpes.


Ouvert depuis le printemps 2021, le musée « Narbo Via », avec son impressionnant mur lapidaire unique au monde, témoigne de ce glorieux passé antique.


Mur lapidaire du musée Narbo Via, galerie comportant 760 blocs sculptés et/ou inscrits, issus de la Narbonne antique, présentés dans un double rack métallique de 10 m de haut sur 76 m de long.
Mur lapidaire du musée Narbo Via à Narbonne, galerie comportant 760 blocs sculptés et/ou inscrits, issus de la Narbonne antique, présentés dans un double rack métallique de 10 m de haut sur 76 m de long.

Vous avez dit médiévale ?

Au XIIIe siècle, la ville connaît une forte expansion et voit la construction de la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur, avec son grandiose chœur de style gotique rayonnant et son orgue non moins spectaculaire de 23 mètres de haut. À la révolution française, elle perd son statut de cathédrale pour devenir une simple église paroissiale.


Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur © Ville de Narbonne
Cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur © Ville de Narbonne

Ne pas manquer : la visite du Palais-Musée des Archevêques, sa collection d’art et surtout cette étonnante galerie orientaliste où les œuvres sont présentées de façon très originale dans le style architectural oriental.


A voir aussi la salle du trésor avec ses pièces en ivoire, sa joaillerie, son art de l’enluminure et du lissier et pour l’exceptionnelle acoustique de sa coupole (en se plaçant dans un angle face au mur on peut communiquer à voie basse avec un interlocuteur sans être entendu par les autres personnes présentes dans la pièce !)


Il n’est pas interdit également de prendre un peu de hauteur en accédant au donjon par un escalier en colimaçon de 162 marches avec une vue à 360 degrés sur la ville et la région : émotions garanties !



La Robine : « le Canal plus » de Narbonne

Et dire qu’à sa construction le très célèbre Canal Royal (appelé plus tard Canal du Midi) avait évité Narbonne. Il aura fallu attendre un siècle pour que, sous l’impulsion de Mgr Dillon, archevêque de Narbonne, on lance les travaux de construction du canal de jonction. Désormais, la ville et le canal de La Robine sont reliés au Canal Royal. Traversant la ville de part en part, il est un incontournable lieu de flânerie pour tous les Narbonnais et les visiteurs.




Aux Halles, sortez couverts !

Temple du bien manger et du bien boire (avec modération), Les Halles de Narbonne ont été élues « plus beau marché de France » en 2022. Avec son architecture « Baltard » du début du 20ème siècle remarquablement conservée, le marché couvert est renommé dans toute l’Occitanie. Vous y trouverez une ambiance typiquement méditerranéenne. Ici, on a une conception toute particulière des circuits courts. Si arrivant à proximité du fameux stand de la boucherie « Bebelle » vous voyez passer au dessus de vos têtes des OVPI (Objets Volants Parfaitement Identifiés), rassurez-vous, vous n’êtes pas en proie à quelque hallucination. Il s’agit de la livraison express des commandes du restaurant situé juste en face et prenant la voie des airs.



La maison du Fou Chantant

Né dans une famille de musiciens (père violoniste et mère harpiste), surnommé « le fou chantant », Charles Trenet est considéré par beaucoup comme le père de la chanson française. Pour rejoindre sa maison, située à un 1/4 d’heure à peine à pied du centre-ville, on emprunte l’avenue qui porte son nom et part du canal de la Robine. La visite de la maison de l’artiste s’avère émouvante et passionnante, on a le sentiment d’entrer dans son intimité créatrice.


« Mes autres maisons m’appartiennent , mais j’appartiens à celle de Narbonne. » Charles Trenet

Un petit patrimoine bien présent

Situé dans un petit périmètre compris entre la gare et la médiathèque, la ville compte plusieurs éléments de petit patrimoine qui nous renseignent sur l’histoire locale :

  • Il y a tout d’abord l’imposant monument en hommage au docteur Ferroul, ancien maire de Narbonne et leader de la révolte vigneronne de 1907 comme nous le rappellent de nombreuses photos d’époque « C’est notre histoire » présentes sous forme de panneaux dans de nombreux endroits du centre ville.

  • On y trouve aussi un étonnant Palais des Sports, des Arts et du Travail, un des rares témoins en Languedoc-Roussillon de l’architecture fonctionnaliste et rationaliste des années 30.

  • La ville compte aussi un Monument aux Morts de la guerre 1870 (il en existe seulement une centaine en France) avec une mention encore plus rare « Morts aux colonies », ainsi qu’une stèle en hommage à Léon Blum, grand homme politique français, et député de l’Aude de 1929 à 1940.



« La granhota » un totem pour Narbonne

Il y a quelques mois à peine, Narbonne s’est dotée d’un animal totémique, après consultation des habitants : c’est la « Granhota » qui a été élue. Rejoignant ainsi la longue liste des villes languedociennes déjà pourvues de leur animal fétiche, elle s’inscrit de la sorte dans la longue tradition du littoral occitan.


Appelés aussi animaux processionnels, ils incarnent l’esprit des lieux et ont à l’heure actuelle une vocation essentiellement festive, en animant les fêtes saisonnières.


Si Paris vaut bien une messe, assurément Narbonne, labellisée ville d'Art et d’Histoire vaut bien une visite.


 

Le coin du ferrovipathe :

Accès à Narbonne en TER, Intercité et TGV depuis Bordeaux Toulouse, Lyon, Marseille ou Paris

Opmerkingen


bottom of page