• Geneviève Guihard

Sous le charme du pays des Ecrins en toutes saisons



Le département des Hautes-Alpes, région Provence Alpes-Côte d’Azur, abrite un étonnant territoire riche en patrimoine vernaculaire : Le Pays des Écrins. Campé en cœur de Parc National des Écrins, traversé par la fougueuse Durance, ce territoire se fait discret, presque secret, lorsque l’on s’aventure sur sa thématique patrimoniale.


Ce Pays de haute-montagne est surtout connu pour son offre sportive. Paradis des randonneurs, temple pour les alpinistes, et fabuleux domaine skiable en période hivernale. Il est cependant méconnu pour ses pépites patrimoniales. Les Journées du Patrimoine les 15/16 septembre prochains sont l’occasion de les découvrir.



Le beau Pays des Écrins. Ses singulières curiosités patrimoniales…


Alors que l’afflux estival s’estompe, le rythme effréné des touristes attirés par l’aura magique des sommets se tarit, il est bon de retrouver ces grands espaces de liberté et aller à la rencontre des vieux villages du vieux Pays.

Accueillants, restés dans leur jus, ces villages authentiques racontent chacun une histoire différente…Ils se nomment Vallouise-Pelvoux, l’Argentière-la Bessée, Puy Saint Vincent, Ailefroide, Les Vigneaux. Les paysages sont variés. Le regard n’est jamais lassé. Ces villages racontent tous l’histoire d’un passé enfoui qui ne demande qu’à se faire connaitre.



Vallouise, son architecture civile cossue


Vallouise-Pelvoux sont aujourd’hui deux communes regroupées. Mais Vallouise a gardé un charme chic lié à la qualité de son architecture civile. Avec ses greniers à foin au sommet de l’édifice, ses escaliers extérieurs en pierre, ses maisons à l’assise confortable, donnent la tonalité de la vie des habitants autrefois.

Les cadrans solaires y sont abondants et parfois bien conservés. Savoir les lire et les déchiffrer nécessite au préalable une leçon d’astronomie. Les artisans-cadraniers, véritables artistes, venant la plupart du temps d’Italie, maîtrisaient les sciences astronomiques ainsi que le travail de la peinture « a fresca ». Fresques aux couleurs délicates illustrant parfois de façon énigmatique les heures de la vie.






L’Eglise Saint-Etienne, magnifique et imposante, campée sur la place principale, conte l’histoire des maîtres-maçons venus de Lombardie, appliquant ici leur style architectural typique, baptisé Lombard. Facilement lisible par ses motifs géométriques, ce style affiche la signature de cette épopée migratoire.

Pelvoux, et son hameau de Claux. Ici, l’hydroélectricité fait vivre la vallée. Hommage rendu à Gilbert Planche, (l’arrière-grand-père de Carla Bruni), grand inventeur, visionnaire. On lui doit le développement de l’hydroélectricité, les aménagements spectaculaires, les conduites forcées taillées dans la roche.

L’Espace Muséographique du modeste hameau met cette épopée en exergue et conte avec détails cette ressource naturelle qui a façonné et enrichi la vallée.




L’Argentière-la Bessée et sa mine de plomb argentifère


Les deux communes de l’Argentière et de La Bessée ont fusionné. La mine de plomb argentifère en activité depuis le Moyen-Age jusqu’aux années 1980, se visite. Spectaculaire cheminement dans les boyaux sombres et humides où s’affiche la pénibilité du travail des hommes.

Un fashionable Escape Game a été imaginé par l’équipe des responsables de la mine. Visiteurs jeunes et adultes doivent résoudre l’énigme conçue de façon astucieuse mais compliquée. Problématiques difficiles à résoudre. Un testament mystérieux, une lettre énigmatique arrivée chez l’édile local, dont il faut démêler les secrets lors d’un aventureux périple…



Puy-Saint-Vincent et sa ferveur religieuse


On ne peut faire l’impasse sur les étonnantes Chapelles de ce petit village. Celle de Saint Romain, celle de Saint Vincent de Saragosse, petits bijoux style roman bien restaurés. Elles relatent l’histoire des Vaudois (rien à voir avec la Suisse) qui avaient embrassé la Réforme et les tentatives de retour en grâce de l’Eglise catholique apostolique et romaine dans le cadre de la Contre-Réforme.

Fresques murales par endroits en relatif bon état. Elles relatent avec éclat la vie du Christ, des Saints. Il fallait redorer le blason de l’Eglise catholique apostolique et romaine et faire revenir les pèlerins dans les lieux de culte.



Les Vigneaux… comme un joyau dans son Écrin


A quelques encablures de Vallouise, le site très pentu de la Vignette, en bord de Durance, est l’unique témoignage des vignobles alpins ancestraux ayant produit du vin apprécié au 17ème siècle.

Autrefois, au 17ème siècle, ce vignoble arpentait une trentaine d’hectares en terrain pentu bien exposé aux rayons du soleil. Les paysans-vignerons travaillaient séparément leurs parcelles de quelques ares. Ils produisaient un vin pour leur consommation personnelle. Un blanc, certainement, car la récolte devait être pressée le plus rapidement possible.

Les ruines étonnantes en pierres sèches de 80 pressoirs attestent de la vigueur de cette économie viticole mobilisant le travail de quelques familles.

Imposants arbres à pressoirs. Imposants contrepoids en pierres. Imposants celliers logés dans des maisons en pierres sèches. Patrimoine surprenant. On s’interroge sur les savoir-faire de ces paysans-vignerons viticulteurs et bâtisseurs.




L’Association La Vignetto réhabilite, restaure, et communique sur la remise en valeur de ce site pentu, sa riche histoire viticole, peu ordinaire et peu connue.

Des habitats troglodytes se laissent admirer en contrebas du site, proche de la Durance. Ensemble patrimonial magnifique.


Crédits photos : Jannovak


Pour aller plus loin :

www.paysdesecrins.com

L’Argentière-La Bessée

www.mines-argent-fournel.com