• Laurène Giannuzzi

Turin : des cafés pour l'Histoire



"De quoi parle-t-on ce matin dans les cafés ? » avait pour habitude de demander chaque jour Charles-Albert de Savoie, Roi de Sardaigne à ses conseillers tandis qu’ils lui rendaient compte des affaires de l’état. Précisément parce qu’une partie de l’histoire de l’Italie naissante s’est écrite dans les cafés de Turin. C’est dans ces lieux que des personnages illustres du Risorgimento (1) comme Camillo Cavour, homme politique piémontais, partisan de l’unité italienne, et futur premier ministre, aimaient venir.

Les cafés historiques, aux intérieurs raffinées, véritables ciments de la vie sociale de l’époque, lieux de débats, d’échanges d’idées en plein cœur de la ville ont révolutionné la société. Dans leurs salles, en dégustant un café ou un thé, les hommes politiques d’autrefois discutaient du sort du royaume d’Italie, les artistes prenaient des rendez-vous et la riche bourgeoisie traitait ses affaires. Citons parmi les plus célèbres d’entre eux :« Al Bicerin »</